Contactez-nous
Accueil  »  Bouinotte infos  »  Belle du Berry n’est plus
Abonnez-vous
à La Bouinotte img-magazine
A partir de 2,25 €* par mois

* Sur la base d'un prélèvement trimestriel à hauteur de 6,75 € pour un abonnement de 2 ans avec hors-série

En cadeau :
  • Un MUG La Bouinotte

Belle du Berry n’est plus

PARTAGER

Bénédicte Grimault, alias Belle du Berry, s’est éteinte dans la nuit du 10 au 11 août dernier, subitement emportée par un cancer à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre à Paris. Elle avait 54 ans. La chanteuse du groupe Paris Combo était originaire de Berry Bouy, commune voisine de Bourges qu’elle avait quitté à 17 ans pour tenter sa chance à Paris. C’est là bas qu’Anthony Belgarde l’avait rencontrée, en juin 2014. Un portrait paru dans le numéro 128.

Bénédicte Grimault, alias Belle du Berry, s’est éteinte dans la nuit du 10 au 11 août dernier, subitement emportée par un cancer à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre à Paris. Elle avait 54 ans. La chanteuse du groupe Paris Combo était originaire de Berry Bouy, commune voisine de Bourges qu’elle avait quitté à 17 ans pour tenter sa chance à Paris. C’est là bas qu’Anthony Belgarde l’avait rencontrée, en juin 2014. Un portrait paru dans le numéro 128.

Au mois de mai, la Belle vole au vent. Elle arrive légère, hésitante, juste après la pluie et se pose au cœur de la cafeteria du Théâtre des Métallos, dans le 11e, à Paris. Belle du Berry vient pour La Bouinotte se prêter au jeu de l'interview. A l’occasion de la sortie du cinquième album de son groupe Paris Combo, tout simplement nommé « Cinq », on est allés prendre des nouvelles de l'enfant du pays.
Texte • Photos : Antony Belgarde

Belle du Berry, de son vrai nom Bénédicte Grimault, a vécu jusqu'à ses 17 ans à Berry-Bouy, une petite bourgade aux portes de Bourges. « Je m'y suis éclatée pendant l'enfance, dit-elle, mais à l'adolescence, c'était d'un mortel ennui ». Elle quitte donc le Berry pour la capitale afin d'y suivre des études cinématographiques. Elle découvre le mouvement punk et vire chanteuse, butine le folklore mondial, virevolte sur du théâtre musical. Puis pose ses fines gambettes et sa voix cristalline sur le Cabaret Sauvage d'Arthur H où un certain David Lewis donne de la trompette.

En 1995, ce talentueux musicien australien vient assister aux répétitions du groupe de Belle « Champêtre de joie ». Ils tapent le bœuf... C'est la naissance de Paris Combo. Dès 1997, la formation sort un album qui « démarre super fort » précise-t-elle. Ensuite, « Living Room » en 1999 devient disque d'or et assoit leur notoriété. Paris Combo traverse les fuseaux horaires, les modes et les coutumes comme on traverse la rue. Encore deux albums et vient le temps d'une nouvelle aventure : Belle du Berry et David Lewis écrivent à quatre mains des morceaux intimistes et minimalistes. Album, tournée...

 

 

2011. Les membres de Paris Combo se retrouvent. « Notre son a rejailli dès les premières répètes. Avec des moments de pure impro, nous avons composé les musiques de l'album, ensemble, comme un groupe de rock. Avant chacun amenait ses morceaux ». Belle a ensuite posé sa plume sur l'instrumental. « J'avais des textes en réserve, la musique m'a inspiré les autres... ».

D'ADBORD AUX ÉTATS UNIS
« Une fois l'album enregistré, nous avons contacté nos partenaires habituels. En France ce fut laborieux, tandis que le label américain a dit oui tout de suite ». En résulte une sortie en mars 2013 chez l'Oncle Sam et en février 2014 dans l'Hexagone. Fin avril, Paris Combo était d'ailleurs en tournée aux États-Unis. « Il y a un public américain francophile, la France a une aura, explique Belle. Je présente juste les morceaux en anglais. Nous serons à Hong-Kong le 30 mai, les organisateurs nous ont demandé si on pouvait chanter une chanson en chinois ! » - Rires -

Avec « Cinq », Paris Combo revient au swing années 30 : « C'est un swing que j'aime bien. Mêlé à la chanson avec des refrains un peu pop, ça donne un style aéré ». Les textes abordent l'amour, le temps qui passe, le miracle de l'éphémère ou l'antithèse des contes de fées. Elle en a pourtant vécu un, conte de fée, depuis son enfance en Berry. « J'y retourne une fois par mois voir mon père. La campagne est maintenant pleine de voitures, en face de l'école un lotissement a jailli... ». Le temps s'est vite égrainé. Belle court, comme une Parisienne, récupérer sa fille qui sort de la chorale.