Contactez-nous
Accueil  »  Livres  »  Le mystère de la "Dame aux roses"
Abonnez-vous
à La Bouinotte img-magazine
A partir de 2,25 €* par mois

* Sur la base d'un prélèvement trimestriel à hauteur de 6,75 € pour un abonnement de 2 ans avec hors-série

En cadeau :
  • Un MUG La Bouinotte
  • Un Tote bag La Bouinotte

Le mystère de la "Dame aux roses"


Nombre de pages : 344
Format : 15x21

PARTAGER

Tout part d’une simple interrogation : pourquoi ce village du Berry s’appelle-t-il Villiers-les-Roses, alors que le narrateur n’y a pas trouvé le moindre rosier lorsqu’il y est venu pour la première fois ? Curieusement, personne n’a de réponse à cette question.
À partir d’un seul indice, extrêmement ténu – la présence dans le village, à la fin du XIXe siècle, d’une femme surnommée la « Dame aux roses » – commence alors une enquête approfondie pour tenter de redonner vie à ce personnage et, de là, espérer parvenir à résoudre l’énigme de cette appellation.
Au fur et à mesure que celle-ci avance, le parcours et la personnalité de la « Dame aux roses » se révèlent peu à peu, parfois grâce à de surprenants hasards.
Si ce récit possède le charme des chroniques villageoises, on y voyage aussi beaucoup. Dans le Berry, bien sûr, mais également en région parisienne, et jusqu’aux États-Unis… On prend plaisir à croiser toute une galerie de personnages les plus divers. Des artistes : un abbé qui décore de fresques son église, un sculpteur qui eût son heure de gloire… Des pharmaciens à l’origine de la quintonine… Des « parcheminiers », des militaires, des agents d’assurance… Ou encore George Sand, grande passionnée de roses…
Et même des banquiers d’Amérique… À la fin de cet ouvrage, qui se lit parfois comme un roman policier, on finit par comprendre, alors qu’on ne s’y attendait peut-être plus, le pourquoi et le comment de l’appellation « Villiers-les-Roses » !

Editeur : auto-édition.

Prix : 19.00 €

Du même auteur

Zoom sur l'auteur

DERMENGHEM Jean-Pierre

Jean-Pierre DERMENGHEM est l’auteur de Arbres de Jessé (2019), livre dans lequel il apporte des réponses aux nombreuses questions qui se posaient encore jusqu’à cette date sur la signification des deux arbres de pierre du musée Saint-Roch d’Issoudun.