Contactez-nous
Accueil  »  Magazines  »  La Bouinotte n°156
Abonnez-vous
à La Bouinotte img-magazine
A partir de 2,25 €* par mois

* Sur la base d'un prélèvement trimestriel à hauteur de 6,75 € pour un abonnement de 2 ans avec hors-série

En cadeau :
  • Un MUG La Bouinotte
  • Un Tote bag La Bouinotte

La Bouinotte n°156

le magazine du Berry - Été 2021

PARTAGER

N’est-il pas beau, Francis, à côté de son vélo ? Un Maillot jaune tout en rondeurs qui annonce les couleurs de cette Bouinotte d’été à la fois rétro et fluo. Au fil des pages d’un dossier spécialement concocté à l’occasion du passage du Tour de France dans l’Indre et le Cher, on se souvient des belles histoires de la Grande boucle en Berry, on file vers l’avenir dans la roue d’Estevan Delaunay, on rêve de gagner au loto pour s’offrir un Dilecta 2.0 estampillé Le Blanc… On voyage. Et on se dépayse sans aller loin. Près de Bourges, le hameau de La Borne invite à pénétrer une autre dimension : celle de la terre et du feu qui depuis des siècles conjuguent leurs forces et créent du beau et de l’utile durable, que demander de mieux ?
A La Borne aussi bien qu’à La Châtre, notre seconde escale estivale, c’est la douceur de vivre qui fait modestement la fierté et le bonheur des habitants, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs. Des coins de Berry qui ont de la mémoire et du caractère, c’est pourquoi on les aime et on y flâne mais pas que : la culture reprend ses droits et c’est une explosion d’évènements qui anime enfin cet été 2021. C’est avec plaisir que nous en contons à nos lecteurs quelques morceaux choisis : Carrasco aux Cordeliers, Lemoine à Gargilesse etc… Qu’un lecteur devenu rédacteur révèle l’existence de Gilberte Coquelin, devenue “Poquelin” sous la plume d’Alain-Fournier dans Le Grand Meaulnes, une de ces jeunes filles d’Épineuil-le-Fleuriel à l’ombre desquelles le romancier a connu ses premiers émois, elles ont nourri son chef d’œuvre.
Bonne découverte !
Hélène Hémon
Rédactrice en chef

Prix : 6.90 €

Prix numérique : 3.90 €

Sommaire du magazine

Aux bonheurs du Tour

PARTAGER

Cela ne vous a pas échappé, le Tour de France est de retour en son cœur : jeudi 1er et vendredi 2 juillet, les champions de la Petite reine se mesureront sur les terres de l'Indre et du Cher. Par delà l'exploit sportif, c'est la liesse populaire suscitée par l'évènement qui a motivé ce dossier ; l'envie aussi, de s'abandonner à la nostalgie, au sentiment de liberté qui nous pousse sur les chemins, perchés sur nos vélos. Deux roues reliées par un cadre, une des plus belles inventions de l'homme qui fut portée à son apogée au siècle dernier par une petite entreprise du Blanc, dont la marque renait cette année de ses cendres. Un coup d'œil en arrière, un autre loin devant : La Bouinotte vous emmène à la rencontre du jeune espoir berrichon Estevan Delaunay. Tous en selle !

La Borne : Terre de feux !

PARTAGER

La Borne, ancien village de potiers, est devenu une référence mondiale de la céramique contemporaine. Sans perdre son âme ni son authenticité. Dans le cadre magique de la forêt du Pays fort s'épanouissent plusieurs générations d'artistes. ensemble, ils perpétuent la tradition qui a fait le renommée du village, la cuisson au bois, guidés par un maître mot : la créativité. Cet amour du beau et de la nature a fait des émules… eh non, il n'y a pas que des potiers à La Borne !

Le Grand Meaulnes à l'ombre des jeunes filles d'Épineuil

PARTAGER

Près d'un siècle après la publication du Grand Meaulnes, un lecteur a enquêté sur "Gilberte Poquelin", personnage méconnu du chef d'œuvre d'Alain-Fournier qui trouve son écho dans la réalité. C'est pour lui l'occasion de faire revivre tout un univers disparu, peuplé par le romancier d'inoubliables figures féminines de son enfance, passée à l'ombre
des jeunes filles d'Épineuil le Fleuriel.

Sous le charme de La Châtre

PARTAGER

Capitale de la Vallée Noire, toujours empreinte de l’aura de George Sand et ses ami(e)s, La Châtre vit intensément son héritage culturel. Architecture, littérature, musique, peinture se mêlent dans cette commune de l’Indre aux multiples labels. Cette singularité a donné naissance à un riche patrimoine qui a de tous temps attiré ici amateurs de belles choses, artistes et artisans d’art, lui valant d’être la seule ville indrienne reconnue « Ville et Métiers d’arts ». On est tombés sous le charme de La Châtre !

De l'usine Balsan à Balsan'éo

PARTAGER

En 2015 et 2016, Olivier Chantôme a arpenté, appareil photo en bandoulière, la friche industrielle des usines Balsan : un espace à l’abandon, en plein cœur de ville, choisi pour accueillir le nouveau centre aquatique de Châteauroux-métropole, Balsan’éo (inauguration prévue en juin 2021). Photographe professionnel aujourd’hui installé en Allemagne, le Castelroussin a saisi cette transition qu’il nous livre ici dans sa dimension à la fois personnelle et esthétique.